SWC - SIX2SIX FAM'

BAB2 de L’Affaire – Interview (français)


Par yvan Durraive, le 3 Juin 2014



Alors que musicalement tout marche bien pour BAB2, membre du duo L’Affaire, lui et son collectif SWC-RECORDS restent peu connus à l’étranger. Scènes, albums et compétitions, le bulldozer, en sillonnant le territoire, a su nous qu’il est passe-partout malgré son rap atypique et son personnage imposant et amical. C’est surtout en septembre passé que tout décolle grâce à la rencontre avec SIX2SIX Records.

Rencontre avec BAB2 et tour d’horizon sur ses activités, ses passions, son collectif et son label, finalement ce qui constitue son univers musical.

yvan : Bab, comment se passent tes journées ?

BAB2 : A éviter le stress. Rien de pire pour la santé. Plus sérieusement (sourire), studio, studio, pêche, grillades et montagnes. Et studio. (rire). Je ne ‘taffe’ pas… Du moins de façon ‘’conventionnelle’’. C’est pas plus mal à vrai dire, on a tellement à faire. Ca permet de se concentrer sur l’essentiel – tant que le crew joint les deux bouts.

Quelles sont tes influences et qu’écoutes-tu actuellement ?

J’ai écouté beaucoup de musique française, sous l’influence musicale dictatoriale de ma mère (rires). J’ai aussi beaucoup fait tourner de rap dans mon walkman à mon adolescence.
Aujourd’hui, il est vrai que j’ai un peu de peine à renouveler ma bibliothèque musicale, tant je ne me retrouve pas dans la ‘vibe’ hip-hop actuel. Je suis tombé sur quelques artistes qui m’ont bien plu quand même je dois dire. J’ai plaisir à écouter ce qui ce fait en France, en Suisse, en Belgique ou au Canada. Je trouve que le rap francophone en général retrouve une bonne dynamique.

Tu as des noms ?

Je suis pas une balance ! (Rires). Actuellement j’écoute surtout les mixes de nos nouvelles ‘tracks’, avec un certain ‘kiff’ je dois dire. (Réflexion). J’essaie aussi d’être critique envers mon propre travail, construire un album demande beaucoup de justesse. Le dernier projet que j’ai vraiment apprécié, c’est le EP de Tonino, mon coup d’coeur de ces derniers temps.

3R1A8195
L’Expert (de L’Affaire) et ROME (de Global Platoon) au Ghetto Stud (SWC-Records) sur Lausanne.

Tu a sorti un premier album avec l’Expert, ton acolyte de L’affaire en 2009. Vous avez ensuite intégré LES UNS, pour enfin sortir vos albums solos sous SWC Records. Et maintenant ?

«CRIM’IMMONDE», produit par Cello, était prêt dès 2009, mais il n’est finalement sorti que sur le net, en 2010. Chaque ‘crew’ connait les aléas de la production indépendante.. (rires). En 2012 , nous avons sorti le 1er album LES UNS, et nous terminons le 2e actuellement. Autrement, SWC a sorti 4 EP et 1 LP en septembre 2013, tous le même jour, lors de la «SWC-NIGHT», dont effectivement un solo chacun Lex et moi. J’ai qu’un mot à la bouche : MERCI !!! Merci ceux qui ont rendu cela possible.

3R1A6588
Bab2 et Big-C (du groupe EXP) présentent les cinq derniers albums produits par SWC-Records simultanément: celui de Bab2, de l’Expert, de Mr. Matt, de Dreem et de Da Solo

Cela te rappelle visiblement beaucoup de souvenirs. Tu cites énormément de gens d’ailleurs, est-ce que tu pourrais clarifier ton implication dans ces différentes structures?

L’Affaire, c’est mon groupe. Depuis que je rappe. LES UNS, c’est la ‘mif’, un collectif hip-hop qui rassemble cinq groupes, 15 rappeurs, avec qui nous avons sorti un album («Bestiaire Vol. 1») et enchainé les concerts depuis deux ans maintenant. Big up à eux, c’est nos frérots.

SWC, c’est mon ‘crew’ et mon label. On est plus ou moins tous originaires de Lausanne. Avec Lex, on a toujours ‘taffé’ ensemble. Après notre premier album («Crim’ Immonde») et l’avoir bien défendu, on a rencontré DJ Eagle en 2010. Il nous a apporté un peu plus de sérieux dans notre démarche artistique. Ensuite tout s’est enchainé très vite.

C’est à dire ? Parle nous de SIX2SIX Records par exemple.

C’est parti de DJ Eagle justement! C’est un producteur hors-pair. Il a fait un remix de «Competition Catch Speed Knot», un classique de Constant Deviants (NDLR une des formations de Six2Six Records) datant de 1996, que ces derniers ont immédiatement remarqué. En 2011, il faut dire que le disque vinyl est en plein essor tout comme le rap indépendant, et Six2Six-Records fait partie des précurseurs en la matière. Suite à ce remix dont je parlais, on a beaucoup ‘vibé’ – merci internet (rire) – et décidé de les inviter pour la SWC NIGHT en Septembre 2013. Ils ont tué la scène, et depuis on travaille avec eux (NDLR Six2Six, soit Sparrow the Movement, Constant Deviants, ROME et One Speaker Supreme, travaillent ensemble sur scène sous le nom de Global Platoon et ce depuis 1994).

Ils sont d’ailleurs revenus en Février pour une série de concert, et vous avez de nouvelles dates prévues en octobre 2014. Comment se passe l’organisation ?

«On est tellement dans le ‘crew’ que les opportunités viennent naturellement, on se fait tous assez confiance pour qu’il n’y ait pas de problèmes. Rien de majeur en tout cas. (Rires).»

Très simplement à vrai dire. On a créé le label S.W.SIX qui nous permet à tous de nous exprimer très librement. On ‘chill’ entre la scène, ‘l’appart’ et le ‘stud’, ça nous fait des petites vacances bien éreintantes, mais c’est là qu’on est le plus productif.
Un album de l’Affaire est en préparation qui nous prend beaucoup de temps, mais aussi un album S.W.SIX à venir. Tout ça c’est début 2015, en 2014 SWC a déjà mis des priorités sur d’autres projets tel que le EP de BIG-C (membre de EXP, l’autre formation rap du label), un album instrumental et la sortie de l’album « Swiss Banks », produit par SWC pour SIX2SIX Records. Et il y a surtout « Alpine Metropolis » qui vient de sortir en disque vinyl, cinq cents copies, une collaboration S.W.SIX.

 

J’ai entendu une chanson sur l’album de Phalo PantojaThe Butcher’s Boy») où tu es présent. Comment se passent les différentes collaborations auxquelles tu participes ?

Ca vient de sortir, et ça déchire !! Projet double, une partie francophone et une ‘english side’. On a réuni les mc’s de SWC sur la ‘track’. Shinigamie et Marvel Records font du gros ‘taff’, quand ils nous ont proposé cette opportunité, on n’a pas réfléchi à trois fois. Azaïa vient d’ailleurs de sortir son album «Re-Animations» qui est une tuerie.
(Temps de réflexion).
On travaille tous dans la même ligne. Dj Impact à sorti son « Street Connexion Vol. 1 » l’année passée, sur lequel L’Affaire est présent. Tu peux me retrouver aussi sur le dernier projet de mon ‘bro’ Nefast («Illusion EP»). En dehors de ça, d’une manière plus générale, SWC a travaillé sur deux spectacles musicaux, les projets Baudelaire Expérience et Rap Titan, que j’ai toujours pas eu la chance d’aller voir bien qu’il y ait encore des représentations (rires). Nos Dj’s ‘taffent’ aussi avec La Gale, en la secondant sur ses tournées, mais nous avons aussi plus récemment fait des scratchs, produit et rappé avec Ryks-Music, Phaloj Pantoja, XP de Rhyme Addicts et les bro’s DJ Impact, Sol Stro et MonoSickHop. Et bien sûr SIX2SIX Records. C’est les projets qui m’ont le plus marqué.

3R1A7898
BAB2 et BIG-C à Zürich avant un showcase à HUM Records

Plus récemment, tu as gagné le ‘’Freestyle à la carte’’, un concours d’improvisation. Quel fut le retour que tu en as eu ?

YeaaaH !! C’était énorme.
Gros big up à Metastasis qui a organisé le soi-disant dernier (rires) Freestyle à la carte de son histoire. Les gars étaient chauds, c’était ‘fat’, mais…. Navré, c’était la dernière édition ! (rires)
J’avais déjà remporté l’édition de 2012 mais perdu en finale en 2013. (Réflexion). Tu sais, il y a quelques années encore, tu nous croisais au parc, ou dans la street, en train de taper des freestyles. De vraies ‘impros’ donc. Je me rappelle même qu’avec Lex, nous nous enregistrions sur cassettes en improvisation avant même que je ne commence à écrire mes textes. Par la suite, cela nous a donné pas mal d’aisance dans la conception de nos morceaux. Aujourd’hui encore, je bouge tous les vendredis au ‘’Freaky Friday’’, une big session freestyle où se rassemblent les gars du coin, une sorte de défouloir…

Bab2, tu es plutôt vinyl ou cd ?

Vinyl. Contrairement à la demande du marché, qui porte plus d’importance à l’aspect pratique qu’à la qualité musicale d’un projet ou qu’à l’appréciation d’un support conséquent aux belles finitions. Ce constat est une des raisons qui nous  a poussé à presser en cd. Mais… tenir un vinyl entre ses mains, c’est le ‘kiff’.

Plutôt haute altitude ou latitude 0 ?

Humainement? Ground zero ! (Rires)

Escalator ou escale à tort ?

C’est quoi ces questions ?! (Rires). Je prends l’escalier, donc par élimination, escale à tort. En dédicace à mes trajets en train quand je m’endors en rentrant le week end.

Comment vois-tu le futur ?

Avec nostalgie.. (Sourire). Non, sans blague, très confiant ! Dans le sens où l’on n’a jamais rien attendu en retour de ce que l’on donne, dans le rap comme dans la vie, chaque nouveau trip c’est du bonus.

PEACE

3R1A7044
Le SWC crew et le SIX2SIX crew & friends à Ouchy, Lausanne, le jour suivant la SWC Night 2013.


Toutes les réponses ont été arrachées par la force.
SWC et SIX2SIX pour S.W.SIX
Merci à Sam, Lex et Eagle
Photos by Durraive Production
DirtyBet Entertainment, 2014 All Rights Reserved


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s